Accueil du siteLe guépard (1963)

Le guépard (1963)

Un film de Luchino Visconti

Suivi d’une intervention d’Angelo Giavatto

Jeudi 22 Mars 2012, 19h

Présentation du film par Angelo Giavatto

Le Guépard est un film réalisé par Luchino Visconti en 1963 et inspiré par le roman homonyme de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, paru à titre posthume en 1958. Le film, contrairement au roman qui raconte une histoire longue de cinquante ans, présente des événements qui eurent lieu entre 1860 et 1863.

Le cadre historique du film est le débarquement en Sicile de Garibaldi et de son armée, l’un des événements qui aboutirent au rattachement du royaume des Deux-Siciles au Piémont. Le cadre narratif porte sur la famille Corbera, en particulier sur le chef de famille, Fabrizio prince de Salina (Burt Lancaster), et son neveu, Tancredi Falconeri (Alain Delon). Le cadre géographique est la Sicile, notamment Palerme, où les Cobrera vivent, et le village de Donnafugata, où ils possèdent leur palais de villégiature. Le cadre sociologique est le passage d’une société fondée sur la primauté de la noblesse et de ses valeurs à une société (à l’apparence) plus dynamique qui permet à don Calogero Sedara, le maire de Donnafugata (Paolo Stoppa), non noble, certes, mais astucieux, d’aspirer à devenir plus riche et plus influent que tout « guépard » et de voir sa fille Angelica (Claudia Cardinale) mariée au noble Tancredi. Le cadre anthropologique du film, enfin, est la confrontation entre la jeunesse et la maturité, entre l’élan de Tancredi et la noble résignation de Don Fabrizio, au sein d’une description de l’esprit sicilien qui parcourt le film tout entier : les deux générations s’opposent et se jalousent en même temps, sans comprendre qu’elles ne sont au fond que les deux faces d’une même médaille.

Y a-t-il aussi un cadre philosophique capable de soutenir ce récit et les analyses historiques, sociologiques et anthropologiques qu’il véhicule ? Nous croyons que cela est le cas et c’est ce cadre que nous allons tenter de présenter lors de la conférence et du débat qui suivra, en insistant sur ce que le créateur du Guépard – Tomasi di Lampedusa – a voulu ‘argumenter’ avec son roman et ce qui reste de ces réflexions dans le jeux habile des silences d’un côté et des approfondissements de l’autre qui caractérise la lecture de Luchino Visconti, le metteur en scène du film.

Angelo Giavatto

Maître de conférences au département de philosophie de l’université de Nantes (CAPHI). Spécialiste de Philosophie ancienne.

Voir sa fiche sur le site du Centre Atlantique de Philosophie.


Du même intervenant...
Nos partenaires :

   Mentions légales